Placement d’une colostomie dans le cadre d’un cancer colorectal.

Dans le cadre d’un cancer colorectal, l’équipe chirurgicale est parfois contrainte à proposer au patient le placement d’une colostomie temporaire ou définitive.

Troisième cancer le plus diagnostiqué, le cancer colorectal est un une tumeur maligne qui peut se situer dans toutes les parties du gros intestin.

Tout d’abord il faut dire que dans le cadre d’un cancer colorectal, l’équipe chirurgicale est parfois contrainte à proposer au patient le placement d’une colostomie temporaire ou définitive.

Qu’est-ce qu’une tumeur ?

Globalement, une tumeur est un terme qui correspond au développement d’un tissu nouveau au sein d’un tissus normal. Autrement dit et pour être plus exact, une tumeur est l’augmentation du volume (une grosseur) d’un tissu préexistant. À savoir que ce terme ne définit ni l’origine de la grosseur d’un tissu, si sa gravité.

Qu’est-ce qu’une tumeur maligne  ?

Une tumeur maligne, c’est le fait que la tumeur soit composée essentiellement de cellules cancéreuses (cellule qui présente des anomalies au niveau de fragments ou l’ensemble des chromosomes causant des perturbations de son cycle ou une instabilité génétique).

Quels sont les symptômes d’un cancer colorectal  ?

En ce qui concerne le cancer colorectal, il se situe dans le gros intestin comme nous l’avons déjà mentionné. De toute évidence, il peut être mortel s’il n’est pas diagnostiqué à temps et ses symptômes touchent à la fois l’ensemble de l’abdomen et le transit intestinal.

Il est à noter que les symptômes les plus courants d’un cancer colorectal sont  :

  • La présence de sang rouge ou très foncé dans les selles (qui peut parfois ne pas être visible à l’œil nu).
  • Une alternance subite entre la constipation (voir une obstruction complète) et une diarrhée.
  • Masse dans l’abdomen.
  • Des nausées et des vomissements.
  • Une occlusion intestinale (blocage partiel ou complet de l’intestin, qui empêche le transit normal des matières fécales et des gaz).
  • Une perforation de la tumeur avec péritonite (inflammation aiguë de la membrane recouvrant la cavité abdominale).

Ensuite, dans les symptômes du cancer colorectal qui sont moins caractéristiques et qui doivent faire l’objet d’un dépistage on retrouve :

  • De l’anémie (c’est le sang qui s’appauvri. Il s’observe par la diminution des globules rouges dans le sang).
  • De la fatigue (provoquée par l’anémie).
  • Des douleurs à l’abdomen, au dos, aux fesses et aux jambes.
  • Des troubles respiratoires.
  • Une perte d’appétit.
  • Un soudain amaigrissement sans justifications apparentes.
  • Une augmentation du volume du foie en raison de la présence de métastases hépatiques (cellules cancéreuses de l’intestin qui ont colonisé le foi).
Dans le cadre d’un cancer colorectal, l’équipe chirurgicale est parfois contrainte à proposer au patient le placement d’une colostomie temporaire ou définitive

À ce sujet si vous avez ces symptômes, il faut consulter votre médecin généraliste car le cancer colorectal peut être dépisté facilement.

En ce sens à partir de 50 ans, sans facteurs de risques particuliers, il est nécessaire de participer tous les deux ans aux campagnes de dépistages précoces du cancer colorectal.

En effet, il suffit de prendre contact avec un médecin généraliste qui prendra le temps d’expliquer comment se déroule le dépistage précoce du cancer colorectal en fonction du pays où les personnes vivent. D’ailleurs, ce dépistage précoce permet d’atteindre 90 % de chance de survie.

Alors pour en savoir plus sur la prévention du cancer colorectal, pour la Belgique cliquez ici >> et pour la France cliquez ici >>

Qu’est-ce qu’une colostomie  ?

En premier lieu la colostomie ou déviation digestive du colon est une intervention chirurgicale qui se pratique sous anesthésie générale.

Cela dit, elle est pratiquée par un chirurgien spécialisé en chirurgie digestive. C’est à dire que cette chirurgie consiste à raccorder un segment (une partie) de l’intestin à la paroi abdominale. À la suite de celle-ci, les selles seront récoltées dans une poche de recueil (poche de colostomie) située sur l’abdomen lorsque le patient ira à selle.

Notons que ce type de stomie (ouverture vers l’extérieur) peut concerner le système digestif ou urinaire. Lorsque la stomie est digestive, elle peut être pratiquée à partir du colon (la colostomie) ou de l’iléon (l’iléostomie) qui sont tous les deux sont des parties de l’intestin.

À ce propos, cette colostomie peut être une chirurgie programmée ou décidée en urgence lorsque la situation l’exige.

D’ailleurs, la colostomie peut être pratiquée dans les cas de  :

Dans le cadre d’un cancer colorectal, l’équipe chirurgicale est parfois contrainte à proposer au patient le placement d’une colostomie temporaire ou définitive
  • Cancer colorectal (cancer du côlon, cancer du rectum ou cancer de l’anus).
  • Une maladie infectieuse chronique de l’intestin (maladie de Crohn, colite ulcéreuse)
  • Polypose adénomateuse familiale (maladie héréditaire qui se caractérise par l’apparition d’adénome susceptible de provoquer un cancer colorectal).
  • L’obstruction de l’intestin (une occlusion intestinale)
  • Une diverticulite (petite hernie qui se développe sur la paroi extérieure du côlon).
  • La présence de polypes (petites hernies qui se développent sur la paroi intérieure du côlon)
  • Une anomalie congénitale de l’intestin (maladie de Hirschsprung).

Enfin la colostomie peut être temporaire ou définitive.

Plus précisément, elle est temporaire lorsqu’elle vise à mettre l’intestin au repos (cicatrisation). Ensuite, une fois ce repos terminé, le chirurgien va effectuer une remise en continuité de l’intestin.

Elle est définitive lorsque l’intestin n’est pas à même d’être reconnecté et d’exercer sa fonction initiale.

Afin de consulter l’article ” La colostomie, tout savoir sur l’anus artificiel “ cliquez ici >>

Pourquoi propose-t-on une colostomie dans le traitement du cancer colorectal  ?

Lors du traitement chirurgical du cancer colorectal, aussi parfois appelé cancer du côlon, l’équipe qui en charge la résection (couper et enlever la partie de l’intestin où se trouve la tumeur), peut estimer que l’inflammation est bien trop importante pour reconnecter les deux parties de l’intestin entre lesquelles se trouvait la tumeur ou que tout simplement, les circonstances de l’intervention (urgence) entrainent la nécessité de pratiquer une déviation temporaire de l’intestin.

La colostomie est-elle une aide pour les patients diagnostiqués d’un cancer colorectal  ?

D’abord, la réponse est indiscutablement oui  ! Bien que le processus d’adaptation psychologique à la présence de la colostomie soit parfois un peu long, rapidement, les patients découvrent les multiples avantages d’avoir été colostomisé. Dans les grandes lignes, les avantage de la déviation digestive par colostomie sont  :

  • Elle rallonge considérablement l’espérance de vie des patients.
  • Les dispositifs pour appareiller la colostomie sont discrets (poche de colostomie en une pièce ou poche de colostomie en deux pièces).
  • Le retour rapide à une certaine qualité de vie.
  • Elle fait disparaitre les symptômes tels que la présence de sang dans les selles, les douleurs abdominales, les nausées et les vomissements.
  • Elle permet de vivre une vie affective et sexuelle comme tout un chacun.

Afin de consulter l’article ” Mélanie : Ma vie avec une Iléstomie “ cliquez ici >>

Le matériel de stomie pour la colostomie est-il adapté à tous les patients  ?

À ce sujet le nombre de produits disponibles chez votre distributeur de matériel médical est considérable. Selon que le patient choisisse un système de poche en une pièce ou un système de poche en deux pièces et qu’il se fournisse auprès du laboratoire Coloplast, ConvaTec, B.Braun, Hollister, Dansac, Welland ou Eurotec, il trouvera le produit le mieux adapté à sa physionomie et à ses besoins quotidiens (travail, sport, piscine …).

À ce jour, les hydrocolloïdes qui composent les plaques des poches de stomie sont de très grande qualité. Outre cela, ils préservent la peau autour de la stomie (zone péristomiale) et permettent d’avoir un réel confort de vie.

Des professionnels pour accompagner les patients colostomisés.

Quoi qu’il en soit, la décision de pratiquer le placement d’une colostomie dans le cadre d’un cancer colorectal n’est pas un choix facile pour l’équipe médicale et le patient. Malgré tout, la présence des stomathérapeutes ou entérostomathérapeutes (Infirmier(e) spécialisé(e) en soin de stomie urinaire et stomie digestive) assure une bonne information qui permet rapidement au patient de retrouver son entière autonomie (autonomie personnelle, sociale, professionnelle).

Enfin, nous ne cessons de l’écrire, votre médecin généraliste est votre premier partenaire santé. C’est à lui que vous devez vous adresser en cas de symptômes inhabituels des voies digestives. Effectivement, il saura vous aiguiller vers une équipe spécialisée qui vous prendra rapidement en charge si besoin. 

Pour en savoir plus sur le cancer colorectal :

  • F.A.P.A – Belgian Polyposis Project – Hereditary Colorectal Project (Belgique) – Site web : belgianfapa.be
  • F.C.C – Fondation Contre le Cancer (Belgique) – Site web : www.cancer.be
  • A.F.C – Association France Côlon (France) – Site web : www.france-colon.fr
  • L.C.C – La Ligue Contre le Cancer (France) – Site web : www.ligue-cancer.net

 Pour en savoir plus sur la colostomie  :

  • Afiscep – Association Francophone d’Infirmier(ères) en Stomathérapie, Cicatrisation et Plaies de Belgique – Site web : afiscep.be
  • AFET – Association Française d’Entérostoma-Thérapeutes – Site web : www.afet.asso.fr
  • SVS ASS – Association Suisse des Stomathérapeutes – Site web : svs-ass.ch/fr