Anticoagulants – Mieux connaître sa pathologie pour bien gérer les traitements

Traitements anticoagulants : mieux connaître sa pathologie pour bien gérer son traitement
Une personne qui comprend mieux les raisons de son traitement est beaucoup plus consciente de l’importance d’adhérer au traitement prescrit par son équipe médicale.

Déjà 17 ans que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que globalement, 50  % des patients adhèrent mal ou peu à leur traitement. Cela dit, les malades avec un traitement anticoagulant ne font pas exception.

Pour commencer, il est bon de rappeler la nécessité de mieux connaître sa pathologie pour bien gérer les traitements anticoagulants. Avant tout, une personne qui comprend mieux les raisons de son traitement est indubitablement plus consciente de l’importance d’adhérer au traitement prescrit par son équipe médicale.

Anticoagulants  : quand la formation caillots sanguins deviennent un problème.

D’autant que comme vous le savez, les anticoagulants sont des traitements par médicaments qui font l’objet d’une prescription médicale.

Ainsi, votre médecin spécialiste vous prescrira un traitement anticoagulant pour fluidifier votre sang dans le cadre de certaines pathologies comme : les troubles du rythme cardiaque (fibrillation auriculaire), les caillots (phénomène de coagulation du sang) formés dans les veines profondes (thrombose veineuse profonde) ou superficielles (Phlébite) ou encore les implantations de valves cardiaques, pour ne citer que quelques exemples,

Globalement l’objectif de ce traitement peut se résumer en quelques mots  : empêcher la formation de caillots dans vos vaisseaux sanguins pour prévenir toutes les maladies graves (embolie pulmonaire, embolie cérébrale …).

Pour lire l’article ” Diabète et accidents cardiovasculaires ” cliquez ici >>

Quels sont les traitements anticoagulants  ?

À savoir que dans la famille des anticoagulants, on distingue deux types de traitement  :

  • Les anticoagulants injectables à base d’héparine.
  • Les anticoagulants par voie orale.

Ensuite, dans la famille des anticoagulants par voie orale, on distingue deux types de traitement  :

  • Les anticoagulants par voie orale de type antivitamine K (AVK). Les traitements les plus rependus sont le Marevan®, le Sintron® et le Marcoumar®.
  • Les anticoagulants par voie orale de type Non-vitamin k antagonist Oral Anti-Coagulants (NOAC) dans lesquels on retrouve  :
    • Un inhibiteur direct de la thrombine : Dabigatran (Pradaxa®)
    • Trois inhibiteurs du facteur Xa : Apixaban (Eliquis®), Edoxaban (Lixiana®) et Rivaroxaban (Xarelto®)

Adhérer au traitement pour éviter les risques hémorragiques et thrombotiques.

Il est à noter que l’adhésion thérapeutique, ou adhésion au traitement, peut se définir comme l’approbation réfléchie à prendre en charge votre situation médicale. C’est l’idée assez simple que vous acceptez votre traitement et que vous participez volontairement à adapter votre comportement pour faire en sorte que votre traitement donne les résultats attendus.

Nul doute que dans le cas de la prise d’anticoagulant, l’adhésion à votre traitement vise à vous éviter les risques hémorragiques et thrombotiques.

  • les risques hémorragiques  : ce sont les risques d’être confronté à une hémorragie (Fuite de sang hors d’un vaisseau sanguin). Cette hémorragie peut avoir lieu à l’intérieur de votre corps. On parle alors d’hémorragie interne. Elle peut être artérielle ou veineuses. Lorsqu’elle a lieu dans le cerveau, on parle alors d’hémorragie cérébrale. Un risque hémorragique apparaît lorsque Si votre sang est trop liquéfié, alors il y a un risque hémorragique.
  • Les risques thrombotiques  : ce sont les risques d’être confronté à une thrombose (obstruction d’un vaisseau sanguin, une veine ou une artère, par un caillot de sang). Cette obstruction peut se traduire par une embolie pulmonaire, infarctus (crise cardiaque) ou accident vasculaire cérébral (AVC). Si votre sang est trop n’est pas assez liquéfié, alors il y a un risque thrombotique.

Donc, pour éviter ces risques, vous allez devoir vous prendre en charge et faire preuve d’attention dans votre quotidien. Sans délai, impliquez vous au maximum dans la gestion de votre situation  !

Quelles sont les précautions à prendre avec les traitements anticoagulants  ?

  • Respecter les doses de médicaments anticoagulants qui vous sont prescrites par le médecin qui vous suit.
  • Ne jamais modifier les doses de votre traitement d’anticoagulant sans l’avis de votre médecin.
  • Ne jamais prendre un traitement/médicaments sans l’avis de votre médecin.
  • La décision d’arrêter un traitement ne se prend jamais seul.. En cas de chirurgie, c’est votre équipe médicale qui vous informera des modalités à suivre.
  • Informer toutes les personnes qui vous soignent que vous prenez des anticoagulants (dentiste, infirmière, chirurgien …)
  • Les soins d’hygiène doivent être fait avec douceur  : brosse à dents à poils souples, rasoir électrique.
  • Avoir une alimentation variée et constante dans le temps.
  • Si vous oubliez votre traitement anti vitamine K (AVK), notez la date de l’oubli, la dose que vous deviez prendre et faites-en part à votre médecin rapidement.
  • Ne prenez jamais 2 fois la dose que vous deviez prendre le même jour au prétexte d’un oubli.

Dans quels cas dois-je faire des prises de sang pour évaluer le taux de prothrombine  ?

Par exemple, si vous prenez un traitement anti vitamine K (AVK), vous devez faire contrôler votre INR (taux de prothrombine pour évaluer la coagulation de votre sang).

Cela dit deux méthodes existent pour contrôler votre INR  :

  • D’abord par biologie médicale  : un laboratoire analyse la prise de sang que vous avez effectuée dans le cadre de ce contrôle.
  • Ensuite par auto-contrôle  : Un petit appareil (dispositif médical) permet d’auto-contrôler votre taux d’INR. En effet, une simple petite piqûre au bout du doigt et une gouttelette de sang déposée sur une tigette introduite dans l’appareil vous permettent une plus grande liberté et une meilleure implication dans le suivi de votre traitement. Ce système offre aussi l’avantage de vous permettre de voyager sans crainte.

Pour terminer, si vous souhaitez avoir plus d’information sur les modalités de gestion de la prise d’anticoagulants, nous vous invitons à prendre contact avec  :